Jóia pour Zooey

Comme une lettre d’amour à l’océan, dans une ambiance post-apocalyptique, voici le film réalisé pour Jóia le nouveau titre de Zooey, extrait de leur album The Drifters. Une ode instrumentale aux éléments naturels qu’un mystérieux motard redessine au gré de son parcours dans une terre qui semble abandonnée aux fantômes. En exclusivité pour Redux.

Directed by Erwann Lameignère
Produced by Collectif Combo

Image : Sébastien Vaisse
Drone : Fabrice Viguier
Color Grading : Maël Lenoir
Landart Artist : lx.one
Featuring Vincent Lasserre
Blackmagic URSA : Elow

Jóia, from the album ‘The Drifters’ available on WONDERFULSOUND
wonderfulsound.bandcamp.com/album/the-drifters
soundcloud.com/zooey

Capture-d_écran-2017-03-23-à-14.12.01

ALL-IN Bloc Party / M. Bourouissa / Kamel Mennour

DVNO
DVNO

A l’occasion du vernissage de l’exposition ALL-IN de l’artiste Mohamed Bourouissa à la galerie Kamel Mennour, Collectif Combo a organisé l’aftershow avec DVNO, Sayem et Dj Dimé à l’espace Djam le 2 février 2013. Grosse ambiance hip-hop à même de réchauffer les corps au cœur de l’hiver.

8S9B3111

8S9B3100 8S9B2987


8S9B2775


8S9B3038

8S9B3191

Mohamed Bourouissa
Mohamed Bourouissa

8S9B3102

Meriadek Caraes
Meriadek Caraes
Marie-Sophie Eiché et Linda Bujoli
Marie-Sophie Eiché et Linda Bujoli

Photographies : Virgile Guinard.

Feiyue chez agnès b. showcases

Dans le sillage de la compilation « Feiyue chez agnès b. soundtracks » produite à l’occasion de la collaboration des deux marques, a reçu le groupe Consume dans sa boutique parisienne le 6 juin 2012.

Agnès b. a accueilli Zooey le 7 juin à Aix-en-Provence et Maison Neuve le 8 juin à Montpellier.

Une collaboration, une compilation et des événements produits par Collectif Combo.

Feiyue chez agnès b., une collaboration, une compilation, un lancement

 

Disponibles en exclusivité dans le réseau agnès b. dès la semaine prochaine en Europe, en Asie et aux Etats-Unis, deux modèles Feiyue spécialement dessinés par la célèbre créatrice ont été édités pour la collection printemps/été 2012.

Une collaboration initiée par Collectif Combo qui, pour accompagner la vente des chaussures, a produit une compilation musicale réunissant des nouveaux talents comme Consume, Zooey, Maison Neuve, des artistes confirmés (Scratch Massive et Flotation Toy Warning) et des pointures à l’instar d’Arnaud Rebotini qui était avec les Scratch venu assurer le show pour le lancement du projet au Nouveau Casino, jeudi 1er décembre 2011.

Les deux modèles seront également disponibles dans le réseau Feiyue à partir de janvier 2012.

Une collaboration, une compilation, et un événement produits par Collectif Combo.

Ci-dessous la vidéo de Paris le titre de Scratch Massive.

Is Tropical showcase & video for Billabong

Pour lancer la collaboration Is Tropical for Billabong qu’elle a initiée entre le groupe britannique et la marque australienne, Collectif Combo a produit un showcase sur la Côte basque le 16 septembre 2011. Dans une maison des bords de plage réunissant quelques 200 happy-few, le groupe a donné un concert explosif et était suivi sur scène par l’icône pop et surf de Billabong : Donavon Frankenreiter.

Collectif Combo a produit le showcase ainsi que le film illustrant l’événement et la collaboration.

Jerry Bouthier à Venise pour Sigalit Landau

Alors que la semaine d’ouverture de la Biennale de Venise bat son plein, Jerry Bouthier (Ponystep/Kitsuné) est venu aux platines de la soirée que donnait le 2 juin Kamel Mennour à la Scuola Grande Di San Rocco (programmation musicale par Collectif Combo), en l’honneur de Sigalit Landau, l’artiste choisie pour le Pavillon israélien. Sous les gigantesques tableaux du Tintore qui font de la Scuola la digne rivale vénitienne de la chapelle Sixtine, se déroulait la réception que dominait un large écran diffusant les vidéos les plus connues de l’artiste, à commencer par DeadSee (vidéo ci-dessous).

Présentant son projet One man’s floor is another man’s feeling autour de la notion de territoire, de contrôle de l’eau, de sable et de sel, et d’assèchement, Sigalit Landau a réussi l’un des pavillons les plus aboutis. Des tuyaux qui détournent de l’eau dans des ruines ou des caves, on passe à une vidéo vue en plongée où 3 hommes lancent leurs canifs sur le sable pour tracer des frontières éternellement effacées et retracées dans un ballet aux allures de capoeira…  Des femmes nues grattent inlassablement le sable de marques recouvertes par les flots. Des chaussures se cristallisent de sel sous l’effet du froid et de l’immobilisme dans un lac à Gdansk par un très lent mais inévitable processus. Un filet de pêche se transforme en masse organique informe après avoir séjourné trop longtemps dans la mer morte, l’un des lieux fétiches de l’artiste israélienne. Une table d’écrans retransmet une petite fille qui s’amuse à déchausser des individus en réunion et les laisse en ronde à l’issue du parcours comme le rêve d’une destinée commune. Politique, contestataire, poétique et hypnotique. Dans la vidéo ci-dessus, l’artiste et le commissaire d’exposition Jean de Loisy (qui vient d’être nommé président du Palais de Tokyo) expliquent les dessous du projet.  Le pavillon a d’ailleurs reçu le 3 juin la visite du Prix Nobel de la Paix, Shimon Peres.
DeadSee Sigalit Landau (Israël) 2005. di Gijeda