Hotdogger #11 (printemps 2018)

Dans cette onzième édition de Hotdogger, nous rendons hommage à Duke Kahanamoku, père du surf moderne et l’un des plus grands sportifs de tous les temps, disparu il y a tout juste cinquante ans. Nous volons de l’Atlantique nord au Pacifique sud, des Açores aux Tuvalu, deux archipels perdus que tout oppose. Nous sommes partis à la rencontre de Gérard Decoster, collectionneur d’objets figuratifs et d’œuvres d’art de surf. Vous découvrirez également les vagues spatiales du photographe breton Yoann Segalen dans un portfolio cosmique. En route pour une nouvelle aventure…

Hotdogger_11+3
Les aventuriers de la Jamaïque
La Jamaïque est une source d’inspiration inépuisable. La petite île de la Caraïbe semble avoir un pouvoir d’attraction auquel on ne peut résister. Une bande de surfeurs emmenée par Parker Coffin et Karina Petroni n’a pu céder aux avances de cette terre aux visages multiples, accueillante et bouillonnante, aux antipodes des scènes de surf classiques. Ici, entre mer et collines, la découverte de la culture jamaïcaine devient une aventure à nulle autre pareille.

Gérard Decoster, une mémoire du surf
Gérard Decoster voue une fascination débordante au surf et à sa culture. Son parcours le mène à la fin des années 70 à Biarritz où il tombe amoureux de cette pratique alors nouvelle. Bientôt, c’est à son histoire qu’il s’intéresse et ne cesse d’en découvrir les trésors. Portrait d’un gardien de la mémoire du surf comme il en existe peu.

Notre Duke…
Le 50e anniversaire de la mort de l’Hawaiien Duke Kahanamoku le 22 janvier dernier n’a pas fait beaucoup de vagues dans les milieux du sport et du surf, en France comme ailleurs. Champion olympique de natation et célébrité sportive internationale en son temps, il demeure aujourd’hui au mieux une figure énigmatique mal connue, même si son image reste une icône incontournable et familière du surf tant il fut photogénique et tant son influence fut grande.

Le théorème de Jones
Perdu au milieu de l’Océan Pacifique sud, l’archipel de Tuvalu compte neuf atolls situés sur le passage des houles de la mer de Tasman. Difficile d’accès, ses îlots sont relativement peu visités par les touristes et ses vagues quasiment inexplorées par les surfeurs. Daniel Jones, Nico Manos et Michael Kew avaient pointé ce territoire sur la carte sans savoir ce qu’il avait à offrir en termes de vagues.

Astres aquatiques

Yoann Segalen s’est pris pour un voyageur de l’espace afin de réaliser cette série de photos. Mais, il n’est pas allé bien loin dans le cosmos car c’est bien sous la surface de la mer qu’il a capturé ses images, puis en revenant sur terre pour composer des assemblages. Ces « aqu-astres » ou « spacewaves » comme il aime appeler ses créations, trouvent leur source dans une analogie entre l’espace intersidéral et le monde sous-marin, dans la collision d’un météore avec la Terre à l’origine de la création de la Lune et des océans, dans le mouvement de rotation des étoiles et des planètes qui n’est pas sans rappeler celui des vagues sous l’eau. Le photographe breton nous emmène aux confins de son univers.

Les vagues de l’Atlantide
En plein milieu de l’Atlantique, à mi-chemin entre l’Europe et l’Amérique, se dresse l’archipel des Açores. Ancien repères de pirates, ces îles longtemps convoitées par les plus grandes puissances européennes sont désormais explorées par des surfeurs avisés qui savent en déceler les trésors. Cette destination surf jusque-là peu prisée a séduit un groupe de jeunes professionnels de passage à Sao Miguel, l’île principale, en mode dégustation.

Après la ligne
Jamie Brisick se souviendra longtemps de sa première (et dernière) expérience avec la cocaïne. L’ex-surfeur pro devenu écrivain aurait pu voir sa vie détruite en une seule nuit de fête. À travers cette folle équipée, c’est la Californie insouciante des années 80 qui renaît.

Toute la distribution à retrouver ici
Abonnement et collections complètes à commander là