HOTDOGGER #12 (été 2018)

Que de kilomètres de côte parcourus et de personnalités rencontrées sur la route pour réaliser cette 12e édition de Hotdogger ! De la Lost Coast de Californie jusqu’aux spots d’Indonésie de Krui et de Banda Aceh en passant par la Vendée, nous vous emmenons à la rencontre des surfeurs, artistes et artisans talentueux qui nous ont étonnés. Parmi eux, le Breton Edgar Flauw et sa vision anticonformiste de la glisse, l’Allemand Carsten Kiefer, créateur de meubles design et de planches de surf, ou encore Alex Botelho, dompteur de vagues géantes. Sans oublier une très sensuelle série mode et une couverture signée par Raphael Gianelli-Meriano avec Michelle Des Bouillons et Benoît Renaux pour lancer la belle saison tant attendue.  

Hotdogger_12
Carsten Kiefer, de bois brut
De nombreuses similitudes existent entre les métiers d’ébéniste et de shaper. L’Allemand Carsten Kiefer a su associer ses deux passions pour mener une existence où la recherche de plaisir est le projet principal. Paisiblement installé dans le sud des Landes, il crée des meubles design d’inspirations scandinave et californienne ainsi que des planches de surf avec le même souci du travail bien fait.
La côte perdue
Grand voyageur dans l’âme, randonneur et aventurier, Sean Jansen ne compte plus le nombre de contrées qu’il a parcourues. Pourtant, le Californien n’avait jamais exploré la côte de son « Golden State » natal. C’est à la fin de ses études et en prévision d’un voyage en Europe qu’il décide de sillonner la Californie à bicyclette, tractant sa planche de surf pour un périple de plus de 1460 kilomètres entre Eureka, en Californie du Nord, et San Clemente, en Californie du Sud.
Edgar Flauw, la glisse revisitée
Edgar Flauw prend un malin plaisir à revoir les formes et les concepts de planches de surf ou du matériel pour le pratiquer. Passionné d’histoire du surf, il ramène aussi à la vie d’anciens designs et des objets du début du siècle dernier qu’il n’hésite pas à tester lui-même dans les vagues.
Alex Botelho, le chasseur de géants
En quelques années, le Portugais Alex Botelho est devenu un free surfeur européen incontournable exprimant son talent sur des houles de un à dix mètres. Après avoir fait ses gammes sur les rivages de sa douce Algarve, il s’est fait une place à l’impressionnant line-up de Nazaré où déroulent les plus grosses vagues jamais surfées au monde.
Plaisir caché
Moins exposée que les autres littoraux, la Côte de Lumière possède sur son rivage des spots aux lignes remarquables. Le photographe Michael Nee nous fait découvrir quelques-unes des meilleures sessions capturées cet hiver.
Lettre de Banda Aceh
Loin des centres touristiques de l’Indonésie, Banda Aceh s’est tristement fait connaître dans le monde lors du tsunami dévastateur qui frappa la région en décembre 2004. Sans compter la guerre qui déchira cette province située tout au nord de l’île de Sumatra et l’application depuis quelques années de la charia par le gouvernement local. Tout ça n’a pas pour autant découragé le photographe et surfeur anglais Peter Chamberlain d’aller visiter les lieux. Sur place, il a découvert une population, une communauté de surfeurs et une atmosphère accueillantes dans ce territoire assez peu fréquenté par les voyageurs. Remise de la terrible catastrophe qui l’a tristement rendue célèbre, la province d’Aceh s’est relevée et attire quelques surfeurs désireux de découvrir un autre visage de l’Indonésie.
Toute la distribution à retrouver ici
Abonnement et collections complètes à commander là

Anish Kapoor : ANOTHER (M)OTHER

Dans l’opposition qui caractérise son travail entre l’intérieur et l’extérieur, le vide et le plein, la matière et la lumière, Anish Kapoor revient chez kamel mennour pour un projet déployé sur les deux lieux principaux de la galerie.

« Another (M)Other » expose d’évidents vagins, un cœur et des entrailles emballés dans du silicone, mais aussi une proéminence enchaînée, un bloc de cendre, de charbon, des miroirs de sang, et des peintures tout aussi expressives. Sortes d’aliens qui ouvrent sur autant de vortex et de creux inquiétants, ces artefacts à l’effet immédiat prolongent, avec une crudité digne de Goya, son exploration des ventres et des vulves du Leviathan au Grand Palais au Dirty Corner de Versailles. Sans ambages et sans ménagement, qu’il s’agisse de ces plus lumineuses créations comme des plus obscures, l’artiste britannique adore provoquer émerveillement, vertiges et malaises ici en exhibant ce que l’on cache avec un sens inouï du spectaculaire. Et nous retourner comme une farce nos idées préconçues sur la beauté et l’infini.

Réalisation : Erwann Lameignère. Production Collectif Combo pour kamel mennour.

 

Capture d’écran 2018-06-20 à 11.16.57.png

Hotdogger #11 (printemps 2018)

Dans cette onzième édition de Hotdogger, nous rendons hommage à Duke Kahanamoku, père du surf moderne et l’un des plus grands sportifs de tous les temps, disparu il y a tout juste cinquante ans. Nous volons de l’Atlantique nord au Pacifique sud, des Açores aux Tuvalu, deux archipels perdus que tout oppose. Nous sommes partis à la rencontre de Gérard Decoster, collectionneur d’objets figuratifs et d’œuvres d’art de surf. Vous découvrirez également les vagues spatiales du photographe breton Yoann Segalen dans un portfolio cosmique. En route pour une nouvelle aventure…

Hotdogger_11+3
Les aventuriers de la Jamaïque
La Jamaïque est une source d’inspiration inépuisable. La petite île de la Caraïbe semble avoir un pouvoir d’attraction auquel on ne peut résister. Une bande de surfeurs emmenée par Parker Coffin et Karina Petroni n’a pu céder aux avances de cette terre aux visages multiples, accueillante et bouillonnante, aux antipodes des scènes de surf classiques. Ici, entre mer et collines, la découverte de la culture jamaïcaine devient une aventure à nulle autre pareille.

Gérard Decoster, une mémoire du surf
Gérard Decoster voue une fascination débordante au surf et à sa culture. Son parcours le mène à la fin des années 70 à Biarritz où il tombe amoureux de cette pratique alors nouvelle. Bientôt, c’est à son histoire qu’il s’intéresse et ne cesse d’en découvrir les trésors. Portrait d’un gardien de la mémoire du surf comme il en existe peu.

Notre Duke…
Le 50e anniversaire de la mort de l’Hawaiien Duke Kahanamoku le 22 janvier dernier n’a pas fait beaucoup de vagues dans les milieux du sport et du surf, en France comme ailleurs. Champion olympique de natation et célébrité sportive internationale en son temps, il demeure aujourd’hui au mieux une figure énigmatique mal connue, même si son image reste une icône incontournable et familière du surf tant il fut photogénique et tant son influence fut grande.

Le théorème de Jones
Perdu au milieu de l’Océan Pacifique sud, l’archipel de Tuvalu compte neuf atolls situés sur le passage des houles de la mer de Tasman. Difficile d’accès, ses îlots sont relativement peu visités par les touristes et ses vagues quasiment inexplorées par les surfeurs. Daniel Jones, Nico Manos et Michael Kew avaient pointé ce territoire sur la carte sans savoir ce qu’il avait à offrir en termes de vagues.

Astres aquatiques

Yoann Segalen s’est pris pour un voyageur de l’espace afin de réaliser cette série de photos. Mais, il n’est pas allé bien loin dans le cosmos car c’est bien sous la surface de la mer qu’il a capturé ses images, puis en revenant sur terre pour composer des assemblages. Ces « aqu-astres » ou « spacewaves » comme il aime appeler ses créations, trouvent leur source dans une analogie entre l’espace intersidéral et le monde sous-marin, dans la collision d’un météore avec la Terre à l’origine de la création de la Lune et des océans, dans le mouvement de rotation des étoiles et des planètes qui n’est pas sans rappeler celui des vagues sous l’eau. Le photographe breton nous emmène aux confins de son univers.

Les vagues de l’Atlantide
En plein milieu de l’Atlantique, à mi-chemin entre l’Europe et l’Amérique, se dresse l’archipel des Açores. Ancien repères de pirates, ces îles longtemps convoitées par les plus grandes puissances européennes sont désormais explorées par des surfeurs avisés qui savent en déceler les trésors. Cette destination surf jusque-là peu prisée a séduit un groupe de jeunes professionnels de passage à Sao Miguel, l’île principale, en mode dégustation.

Après la ligne
Jamie Brisick se souviendra longtemps de sa première (et dernière) expérience avec la cocaïne. L’ex-surfeur pro devenu écrivain aurait pu voir sa vie détruite en une seule nuit de fête. À travers cette folle équipée, c’est la Californie insouciante des années 80 qui renaît.

Toute la distribution à retrouver ici
Abonnement et collections complètes à commander là

Hotdogger #10 (hiver 2017/2018)

Hotdogger_10-3-1.jpg

 

Une dixième édition qui part au Transkei, au Kenya, au Maroc, s’arrête sur les créations de Son of Cobra, Jay Nelson, le quiver d’Eric Beyer et Tony Caramanico, met à l’honneur Shawn Stüssy, avec les textes et les photographies de Brent de Rooy, Michael Kew, Yvan Terestchenko, Julien Roubinet, Hervé Manificat, David Ledoux, et la participation amicale de Frédéric Schiffter.

Kawamata NEST

Production : Collectif Combo / kamel mennour. Réalisation : Erwann Lameignère.

Elles se sont nichées à des hauteurs invraisemblables, à des bâtiments comme la colonne Vendôme ou le Centre Pompidou, les cabanes de Tadashi Kawamata ont toujours tourné autour de l’idée du rajout, du squat et selon les termes mêmes de l’artiste du « parasite ». Si l’idée lui est venue en mangeant un bol de ramen dont il reprend la forme, il a logiquement imaginé un nid surdimensionné pour sa nouvelle exposition chez kamel mennour, intervention qui dévore littéralement l’espace de la galerie davantage qu’elle s’y love. Impressionnante et fragile, cette structure éphémère composée de milliers de baguettes chinoises a été réalisée avec le concours des étudiants aux Beaux-Arts, et illustre tout à la fois le désir de projet collectif et d’inachevé.